Mon prof aime mon statut Facebook

Posted on 28 avril 2010

3


Je suisJ'écris sur ton mur pour mieux t'éduquer tombé sur un article d’écrans.fr que je trouve fort intéressant. Un enseignant chercheur de l’université de Nantes en Sciences de l’information et de la communication, Olivier Ertzscheid communique avec ses élèves (présents et anciens) sur Facebook. Je pense qu’il ne doit pas être le premier à faire cela, mais à l’échelle de la France et encore plus de l’université de Nantes, il s’agit d’une démarche plutôt avant gardiste !

En partageant avec ses étudiants sur le réseau social number one, il prolonge en quelque sorte son cours. Celui-ci propose des contenus à ses élèves susceptibles de leur plaire, des compléments de lecture etc. Ce que je trouve brillant dans ce principe, c’est que cet enseignant a très bien compris qu’il fallait se rendre là où l’audience est réceptive. Il est en grande partie question de médiation dans l’article, et à juste titre. Pourquoi devrait-on se limiter à un lieu fixe (une salle de classe) et à une horaire fixe (le temps d’un cours) ? Je ne dis pas qu’il faut abolir les heures de classes et rester tous derrière son ordinateur bien au chaud bien sûr, mais la perspective de compléter un cadre qui est plutôt rigide est tentante. Franchement, si un élève à envie de glander en cours, rien ne l’y empêche arrivé à ce niveau d’étude. Ben oui, les enseignants ne vont pas s’amuser à passer derrière chaque étudiant pour demander d’un ton paternaliste :

Alors mon petit chéri, tu as fait ton exercice ?

Je trouve que cette approche par les réseaux sociaux inscrit le cours, un enseignement, dans le temps long. De véritables échanges se nouent entre les étudiants et le prof, mais aussi entre les étudiants ! On arrive là à une véritable communication horizontale qui est bénéfique pour tout le monde. Honnêtement, à par Roberto qui est un con fini, vous devez bien avouer que vous en apprenez pas mal grâce à vos petits collègues aussi. Pour moi cela dépasse les simples échanges en classe entre étudiants car là c’est de l’écrit. Et vous savez ce que l’on dit : les paroles s’envolent, les écrits restent ! Cette communauté construit une sorte de savoir collectif sur lequel vous pouvez revenir facilement, que ce soit par les groupes, pages, liens, notifications ou whatever. Moi j’avoue que la plupart du temps quand je revenais dans un cours à une horaire fixe, je devais me creuser la tête pour me rappeler de quoi nous avions parlé au dernier cours la semaine dernière ! Et s’il vous plait, ne me dites pas que je suis le seul :-). En revanche, c’est sûr que j’aurai utilisé Facebook toute la semaine, plusieurs fois par jour (ok tout le monde n’est pas aussi accro!). Si le cours s’était prolongé sur Facebook dans la semaine, celui ci me serait resté plus facilement en tête. Ensuite bien sûr, si ça ne m’intéresse pas, j’aurai beau voir les messages de mon prof, je n’irai pas plus loin ! Mais si vous avez choisi ce cours, sauf erreur c’est que cela vous intéresse.

C’est là où se situe le génie de la chose je trouve, c’est que vous risquez fort de vous prendre au jeu et de réagir à ce que votre enseignant vous propose ! Admettons-le, c’est quand même vachement relax. Vous vous sentez un peu chez vous sur Facebook, c’est un outil que vous maîtrisez. Vous n’aurez pas peur de participer à la conversation car cela ne vous engage en rien : il n’y a pas de consignes strictes, un nombre minimum de pages etc. Nous sommes entre nous, dans quelque chose de convivial. Il faut l’admettre, pour notre génération c’est LUDIQUE. L’environnement universitaire est floutée et votre perception de la matière s’élargit. Je ne serai pas étonné que vous viennent à l’esprit des réflexions très pertinentes sur Facebook, auxquelles vous n’auriez pas songé en cours !

L’article d’écrans.fr parle également de Moodle, que vous devez sans doute connaître si vous avez étudié dans une université française. Je ne reviendrai pas sur toutes ses fonctionnalités, mais force est de constater qu’il est hélas largement sous exploité. (Tiens c’est bon ça « force est de constater », je me sens sérieux d’un coup ^^). C’est con. Il aurait gagné à avoir des fonctionnalités proches de Facebook. Mais ne nous leurrons pas, cela n’aurait sans doute pas marché. Les rendements croissants d’adoption sont ce qu’ils sont, et la motivation première pour aller sur un réseau social n’est généralement pas la soif d’apprendre ! Par Facebook, le cours vient s’immiscer dans la vie sociale virtuelle de l’individu, ce qui fait sa force !

Si on rajoute à cela l’Open Graph Facebook, les possibilités de partage de connaissances s’en trouve démultipliées. Je vous propose de lire ce très bon article de Fred Cavazza si vous souhaitez en savoir plus.

Quelques points sont à discuter sérieusement tout de même à propos de la relation qui s’établit entre l’enseignant et les élèves. Le prof qui se lance dans une telle démarche doit avoir beaucoup de recul et s’y connaître en médias sociaux. Il ne faut pas qu’il transforme son groupe en secte. Parce que bon, il faut admettre qu’un étudiant va très vite s’identifier à un prof qu’il apprécie beaucoup ! On a tous besoin de mentors. Il doit éviter, même inconsciemment, de profiter des données personnelles gentiment partagées par ses élèves. Vous savez quand on a un nouvel ami sur Facebook, on regarde l’intégralité de son profil avec la voracité d’un agent du KGB non ? (Ne me dites pas non) Et bien un prof ne devrait même pas être tenté de le faire. Ça demande de la discipline dont je ne pense pas tout le monde capable.

On pourrait également émettre comme critique qu’il est dommage que tout cela se passe sur Facebook plutôt que sur une plateforme dédiée. Mais il faut bien reconnaitre que c’est justement parce ce que c’est sur Facebook que cela marche. Même si le web n’aime pas les monopoles, à un moment il faut bien tous parler la même langue.

Si vous avez des enseignants qui ont entamé une démarche similaire à celle mentionnée dans l’article d’écrans.fr, si vous avez des profs dans vos amis Facebook, je serai ravi que vous partagiez votre expérience en commentaires ! 😉

Liens :

L’article d’Écrans.frLe blog de l’enseignant en question (très intéressant)

Publicités